Monastique armoiries
  Monastique armoiries

Monastère Exarchique de Sainte marie de Grottaferrata - Moines Basiliens

Corso del Popolo, 128 - 00046 Grottaferrata (Rome) ITALIE - Tèl. 0039-06.945.93.09 - Fax +039-06.945.67.34

Italiano Ελληνικά English Deutsch Português Русский
 

Accueil Origines et Histoire Liturgie et Célébrations Art et Culture Édition  
 
    ORIGINES et HISTOIRE -> Saint Basile le Grand  
 

Introduction

Saint Basile le Grand

Saint Nil, fondateur de l'Abbaye

Saint Bartholomée le jeune, cofondateur

Plan du site

XHTML 1.1 approuvé

CSS approuvé

Saint Basile le GrandUn des plus grands docteurs orientaux de l'Eglise, Saint Basile fut un homme de grande doctrine, de talent et de sainteté. Il provenait de la même brillante famille qui avait généré Saint Grégoire de Nysse et Saint Pierre de Sebaste (ses frères), il nacquit à Cesare de Cappadoce en 329. Son éducation commença à Cesare et se poursuivit à Constantinople et à Athènes. Ses compagnons d'étude furent Saint Grégoire de Naziance et Julien l'Apostat, le futur empereur de Rome.
Ses journées scolastiques à Athènes étaient loin d'être frivoles, selon Grégoire de Naziance (lui aussi de Cappadoce) tous deux ne connaissaient que deux rues de cette ville: celle de l'Eglise et celle de l'école.

Qu'en est-il de la fidélité de Basile à ces orientations: lorsqu'il retourna à Cesare vers 356, son frère Grégoire autant que sa sœur Macrina (elle est aussi élevée à la sainteté) notèrent en lui des tendances prononcées pour la mondanité. Etant probablement la personne la plus instruite de Cesare à cette époque, Basile s'était affirmé en enseignant la rhétorique et semblait jouir grandement du prestige que sa position lui octroyait. Ce fut Macrina, qui lui fit prendre conscience de cette attitude d'autosatisfaction, par ses appels au bon sens et sa connaissance spirituelle elle lui montra les limites d'une vie prise entièrement par les occupations mondaines. C'est surtout sous son influence que Basile partit en 357 pour un voyage dans les lieux monastiques d'Egypte, de Palestine, de Syrie et de Mésopotamie. Lorsque l'année suivante il retourna à Cesare, il savait déjà ce qu'il allait faire: coupant tous ses liens il se mit en route vers Ponto, près de la Mer Noire et là, sur les rives du fleuve Iris, il fonda son propre monastère.

Par la suite Basile aurait été impliqué dans d'autres activités, mais cette fondation monastique fut probablement son œuvre la plus importante et celle qu'il aimait pardessus-tout. Grâce à sa profonde compréhension du rôle du monachisme dans la chrétienté et à la manière dont il devait être vécu, Basile écrivit une série de règles, qui furent ensuite appelées Code de Saint Basile ou Code Basilien. Ces règles furent une source d'inspiration pour tout le monachisme oriental. Aujourd'hui encore les moines orthodoxes et la plus grande partie des moines catholiques orientaux suivent le Code de Saint basile, en particulier les Moines Basiliens du Monastère Exarchique Sainte Marie de Grottaferrata.

Toutefois, les événements ne permirent pas à Basile de continuer sa vie à Ponto. Soutenu par l'Empereur Valence l'arianisme menaçait l'Eglise de Cappadoce, et il fallait une forte autorité pour faire front à l'attaque. Basile fut convaincu qu'il devait se rendre à Cesare pour assister d'abord l'évêque, et ensuite pour lui succéder à sa mort en 370. Une de ses premières mesures en qualité d'évêque fut de montrer ouvertement son défi envers Valence, qui tentait d'obtenir une profession de foi arienne du clergé de Cappadoce. Basile refusa et usant du poids de son influence et de sa personnalité, il parvint à faire renoncer l'Empereur à ses demandes. Tout en demeurant actif dans sa lutte contre l'hérésie, Basile était aussi très attentif aux autres besoins de son diocèse. Il fit construire un abri pour les voyageurs à la sortie de Cesare (le premier en son genre) avec un Hôpital pour les pauvres comme annexe. D'autres projets renferment la révision de la Divine Liturgie pour son diocèse (celle-ci est la plus ancienne des deux liturgies du Rit Byzantin) et l'éloignement des prêtres hérétiques de son diocèse. Brillant orateur et écrivain Basile écrivit aussi une riche série de sermons et d'œuvres théologiques, dont une grande partie d'entre elles visaient à renforcer ses fidèles contre l'arianisme.

L'hérésie était le danger immédiat accompagné aussi par des incidents mineurs telle la dispute avec son vieil ami Grégoire de Naziance et ses présentations erronées de son orthodoxie au Pape de la part de ses ennemis. Basile surmonta toutes les difficultés et durant le bref temps où il fut évêque (moins de neuf années), il devint une force vive pour l'Eglise de Cesare. Lorsqu'il mourut le 1 janvier 379 les juifs et les païens furent prêts à admettre avec les chrétiens que la ville avait perdu son meilleur ami. Des années après sa mort Basile fut désigné par un concile «Le Grand Basile, ministre de la grâce, qui a exposé la Vérité au monde entier», cette juste définition a défié l'épreuve du temps.

 
 

© 2001-2017 Congrégation des Moines Basiliens d’Italie - Tous droits réservés - Crédits